Raised Fist Interview

Cette interview a été réalisé à Albi (France) le 3 Août 2014.
Yann et O.S. ont renconté Alexander (Chanteur).

 




Comment tu vas aujourd'hui ?

Alexander : Bien, quoique un peu fatigué. Mais j'ai dormi un peu tout à l'heure. J'ai mangé un peu donc je commence à me réveiller.

Comment était le Resurrection Fest vendredi ?

Alexander : C'était cool, y'avait pas mal de bons groupes. C'est un festival vraiment bien, c'est en plein milieu de nulle part donc on a mis tellement de temps pour venir qu'on a pas eu le temps de dormir. Ahah. On est allés là bas, on a pas dormis, on a joué et on est venus ici sans dormir plus, c'est un peu dur du coup. Mais c'est cool, on a déjà joué là bas et cette année c'était bien aussi.

Et y'avait un groupe en particulier que tu voulais voir là bas?

Alexander : Quelques groupes. Pas vraiment Je sais que mon batteur voulait voir Testament. Ouai j'ai vu Sick Of It All et NOFX quand même mais pas de groupe particulier sinon.

Et aujourd'hui, tu veux voir des groupes?

Alexander : On aura pas le temps de voir des groupes, on joue dans deux heures et après ça, on ira directement à l'hotel. Mais Biohazard est ici. D'ailleurs, je voulais m'entrainer avec eux parce que y'a Matt (Pengelly?) mais je ne vais surement pas avoir le temps.

C'est ta première fois ici c'est ça?

Alexander : Ouai c'est ma première fois. J'ai pas vraiment d'opinion dessus, je viens à peine d'arriver, c'est difficile à dire. Mais ça semble beaucoup mieux que ce à quoi je m'attendais, on pensait voir un petit festival mais tout est bien organisé et bien monté comme un vrai festival professionnel. Les backstages sont énormes, les salles sont grandes...tout est plutôt bien fait au final. Je dois dire que c'est l'un des meilleurs spots de festival que j'ai vu dans ma vie. Donc c'est cool!

Vous avez signé un contrat avec Epitaph Records y'a de ça un an. Avant ça, vous étiez chez Burning Heart Records (Suède) et ensuite Epitaph a tout racheté. Comment s'est passée la transition?

Alexander : Epitaph a raché Burning Heart y'a un petit moment déjà donc techniquement, on est sur Epitaph depuis plus de 10 ans maintenant. Mais c'est le même contrat d'enregistrement qu'on a signé en 1994 quand on était sur Burning Heart. C'est juste une option de deux albums supplémentaires mais c'est plus ou moins sur le même contrat. Mais le nouvel album sortira de manière globale. Avant c'était Epitaph Europe qui sortait les albums et ensuite c'était une licence pour l'Asie, l'Australie, l'Amérique du Nord...Maintenant, ça sortira le lundi en Europe et le jour d'après dans le reste du monde. C'est donc ça la différence.

5 Ans après "Veil Of Ignorance", vous allez bientôt sortir un nouvel album. C'est long, qu'est ce qui c'est passé en 5 ans ?

Alexander : Je pense que c'est pas mal, entre deux albums, d'avoir 3 ans ou plus d'intervalle. Parce que si tu sors un album tous les ans, tu ne peux absolument pas entendre l'évolution du groupe, y'a pas de nouveautés. Si tu prends plusieurs années, t'es obligé à un moment donné de te reconnecter avec le groupe. Quand tu prends une pause, t'as une coupure mentale par rapport à la vie du groupe. A chaque fois, c'est un nouveau départ. C'est comme quand t'as une relation avec une fille. Si quelque chose va mal, tu ne peux pas juste régler les choses, régler, régler, régler. Au bout d'un moment, ça casse. Et quand ça casse, c'est une longue pause qui commence. Tu dois commencer quelque chose de nouveau mais si tu reviens avec la même fille, il te faut du temps avant de te remettre avec. Et c'est la même chose avec nos albums, on a une relation spéciale d'amour/haine avec nos chansons. Donc ouai, je pense que c'est naturel de fonctionner comme ça.

C'est un peu la marche suivante pour votre carrière?

Alexander : On fait pas de la musique pour en faire une carrière. On écrit juste des trucs qu'on pense être juste et qu'on a pas déjà fait. Des trucs qu'on a envie de développer, qu'on a envie d'essayer. On a déjà essayé pas mal de trucs en 20 ans, on est passé du Old school à des trucs plus brutaux. Si t'écoutes Dedication et Not Like Me, c'est comme si on avait fait un 360 entre les deux. Un est vraiment brutal, l'autre est plus Punk Rock. Donc on a déjà fait des changements musicaux et personne n'a rien dit. Et pour Veil Of Ignorance, ce n'était pas vraiment mon album préféré, le son était trop beau, un peu trop beau. Maintenant, on revient vers un son plus brut, plus dur.

Qui a enregistré votre album du coup?

Alexander : Avant c'était Roberto Laghi à Gothenburg. Mais cette fois, on est passé par un producteur différent et on a une acoustique vraiment différente : Pas de synthé, rien de clean, pas de trigger, juste du son brut. C'était la première fois qu'on bossait avec lui et il a bien fait son boulot. Et il savait ce qu'il devait apporter. Il était là genre : "Ok, Raised Fist, pour moi, c'est ça. Je veux vous jouer de la batterie en acoustique, je veux vous voir jouer de la gratte avec un son bien dur, je veux une voix directe. Je veux que vous vous mettiez à poil." Maintenant, quand t'entends les morceaux, ça envoie vraiment bien. Je n'étais pas satisfait avec Veil Of Ignorance, c'était mon pire album. Friends And Traitors passait bien mais les autres morceaux étaient trop longs voir trop symphoniques. J'étais là genre "Fais chier!". Maintenant, on peut revenir à l'essentiel, l'énergie, le groove.

Tu voulais te sentir furieux sur scène à nouveau ?

Alexander : Complètement! Je veux être complètement fou sur scène. Des fois tu le sens, des fois t'es dans une humeur différente quand t'écris les morceaux mais cette fois, je l'ai senti, je peux de nouveau évacuer ma rage. Par exemple, j'utilise le mot "Fuck" une ou deux fois dans un album. Dans le deuxième morceau du nouvel album, c'est genre : "We will drop where the fuckin' heart stop, from the club to the squat" et la suivant, c'est "[..]They should be fuckin' dead[..]" Pas mal de nouvelles chansons sont avec ce mot et j'étais là "Ok, là je suis énervé, j'aime bien ça!"

Donc on a pas encore d'artwork de dévoilé sur internet. Est ce que tu peux m'en dire plus ? Qui l'a fait ?

Alexander : C'est Adam de The Path Of No Return, il était bassiste dans ce groupe. Il a déjà fait l'artwork pour Veil Of Ignorance aussi. On a pris 3600 clous et on les a collés à une assiette et on les a retournés pour écrire le nom de l'album et il a pris une photo. On a utilisé du feu, de la glace, des clous, des pierres..tous des éléments naturels. On vient du Nord, on voulait vraiment apporter quelque chose de rude, de froid, à ce nouvel album, tu sais, quelque chose de douloureux.

Donc ça représente l'ambiance des nouveaux morceaux ?

Alexander : Le son des grattes n'est pas propre, la batterie n'est pas propre. Je voulais vraiment m'éloigner de ce son trop métal, je le voulais plus dur, un son plus réel. Et certains morceaux sont mélodiques aussi, certaines sont aussi brutales comme du grindcore. On a aussi des morceaux plus Punk Rock old school, du Punk Hardcore à l'ancienne en fait. C'est plutôt large même plus large que ce qu'il y avait sur Veil Of Ignorance. Il n'y avait qu'une seule chanson qui faisait Old School sur cet album. Maintenant, tout s'harmonise mieux ensemble. Ouai, je pense que ce nouvel album est le meilleur album qu'on ait. Tous les groupes disent ça mais je le fais jamais. Donc je peux dire honnêtement, j'ai aimé Ignoring The Guidelines et je n'étais pas un fan de Dedication, ITG est plus Punk Rock. Dedication est plus Metal, je n'aime pas réellement ce style. J'ai beaucoup aimé les morceaux de Sound Of The Republic. Et le nouveau est plus comme ça, et il est probablement notre meilleur album jusqu'ici.

Est ce que t'as déjà une date de sortie ?

Pas encore, mais ce sera sûrement en Octobre.

Est ce que vous jouez déjà des nouveaux morceaux sur scène?

Non, on a pas eu le temps de répéter. On a eu que 40 minutes pour répéter hier donc on a pris le vieux set pour le moment.

Donc en ce moment, vous tournez en Europe. Comment tu ressens la différence entre l'Amérique du Nord et ici?

Alexander : On a jamais tourné aux US. On a joué au Canada et dans pas mal de villes autour des US. On a jamais fait de festivals là bas mais pour une bonne raison. Parce qu'on sait comment ça se passe là bas. J'y ai été plusieurs fois, j'ai même trainé dans ces festivals. C'est très gros et très impersonnel et les tournées sont toujours du genre 50 jours à la suite donc on ne pourrait simplement pas le faire. On a dit non au Vans Warped Tour, on a dit non au Ozz Fest, on a dit non à plein de gros trucs. Juste parce que c'est des tournées de 2 ou 3 mois et on en ressent simplement pas l'envie de le faire de cette façon. Ça n'a pas de sens. On a envie de faire des tournées de genre 7 jours, ensuite une pause, ensuite 7 jours de tournée. Je veux avoir de l'énergie et me défouler sur scène.

Qu'est ce que tu penses de la scène européenne? Est ce que y'a des groupes que t'aimes bien ?

Alexander : Je n'ai pas vraiment cherché de nouveau groupe ces derniers temps. J'ai écouté quelques morceaux à droite à gauche. J'écoute la musique d'une toute autre façon maintenant. Avant, je voulais tout écouter d'un groupe. Maintenant, j'en écoute une ou deux d'un groupe, une autre d'un autre groupe et ainsi de suite. C'est bien et mal en même temps. La génération "Spotify" fait ça parce que tu peux choisir ce que tu veux. Tu donnes pas vraiment d'attention aux morceaux au début et quand t'as l'album, tu l'écoutes et tu le réécoutes et tu le réécoutes, jusqu'à aimer les autres morceaux. Et peut être qu'au bout d'un mois tu te diras "Oh celle là, c'est ma nouvelle préférée". Donc je n'ai pas vraiment de nouveaux groupes en têtes et je dois t'avouer que beaucoup de groupes actuels sonnent pareil.

Qu'est ce que tu voudrais qu'on te pose comme question?

Alexander : On est de retour avec Raised Fist. On a un nouvel album. On a attendu 5 ans pour ce nouvel album. On a joué pour la dernière fois y'a deux ans sur les festivals. On a joué 3 sur l'ancien donc on va prendre 3 ans pour défendre le nouveau. Si tu me demandes combien de temps ça va durer, je te dirai : "Jusqu'à ce que nos coeurs s'arrêtent".

Merci Alexander.

Merci les gars.


Interview Yann & O.S.
Traduction Yann


Copyright Hammerock - Spiritribe 1999