Le Noyau Dur
(
Renaissance
)

Ce disque porte bien son nom, tout simplement parcequ'il marque le retour d'un personnage ayant marqué les esprits des fans de son précédent groupe, Black Bomb A. Vous l'aurez donc compri, il s'agit donc ici du retour de Djag avec son tout nouveau projet, Le Noyau Dur. Un projet longuement mûri et travaillé, 3 années que Djag ne donnait plus vraiment signe de vie à part quelques brefs apparitions comme sur le disque de Sarkazein, le " Illicite Stuff Live " de Black Bomb ou encore quelques guests, comme sur le " Sculptures " de Psylaw.
Djag s'est cette fois-ci entouré de Greg à la basse, Anthony à la guitare et de Cédric à la batterie, mais ce n'est pas tout... loin de là ! On croierai se retrouver face à un album de Cavalera vu le nombre d'invités assez impressionnants... On retrouve donc en guest quelques personnages assez incontounables de la scène française comme K-Shoo (ex-Boost, Noxious Enjoyment), Reuno et Phil de Lofo, François Jamin de Loudblast, des anciens Oneyed, Treponem,... sans oublier le crew BBA avec les présences de Poun, Snake et RV (également batteur de Loudblast... - la précision qui sert à rien !-). Bref du beau monde pour ce curieux disque...
Bien que l'on reconnaisse très facilement le chant de Djag, musicalement cela n'a pas grand chose à voir avec Black Bomb, et heureusement j'aurai tendance à dire... D'où l'utilisation du terme " curieux ". La musique est difficilement cataloguable car ayant énormément d'influences. Je ne vais donc pas essayer d'inventer un terme pouvant vous induire en erreur, mais simplement vous donner leur propre définition : " LND est une créature musicale hybride de charactère ". Et à la vue des divers invités cela semble se tenir, tous différents, tout comme leur style de prédilection, avec Djag en chef d'orchestre pour " diriger " se beau petit monde. C'est donc assez logiquement que l'on retrouvera pas mal de styles. Dans l'ensemble assez " Metal ", on ressent tout de même fortement des influences electro perceptibles au fil de l'écoute, mais aussi des influences hip hop " Atmosphère ", rock " Miroir ", chanson française " A La Mémoire ", punk/hardcore " Vivre Libre "... Le chant est en français, on est donc amené à penser à Lofo ou Tagada à plusieures reprises. Bah oui ! En matière de zik qui dépote avec un chant dans la langue de Molière on a difficilement trouvé mieux jusqu'à présent. Mais attention les comparaison s'arrêtent ici, Djag reste un chanteur unique. Tout ceux ayant vu Black Bomb A avec Djag à son bord l'ont indéniablement remarqués et furent très certainement marqués par son charisme impressionnant.
Si vous êtes donc ouvert d'esprit, ce " Resaissance " trouvera grace à vos yeux et surtout à vos oreilles... J'ai personnellement hâte de revoir prochainement cet attachant chanteur sur les planches... Avec ce premier opus, Djag renaît bel et bien !

Kronik Manu

 

Le Noyau Dur :

Label : Athome

Site : http://www.lnd.fr



Copyright Hammerock - Spiritribe 1999