Audioslave
(Eponyme)

Alors qu'on attendait B-real de Cypress Hill et son débit de sulfateuse ou Rey Oropeza et ses cordes vocales les plus aiguisées de l'ouest, à la stupeur générale, c'est Chris Cornell l'ex leader de Soundgarden qui remplacera Zack De La Rocha au sein du nouveau projet de Tom Morello, Tim Commeford et Brad Wilk. Pas si étonnant que ça lorsqu'on connaît l'intérêt que portent ses derniers au rock'n roll des seventies. Cependant, même si le casting est prestigieux et même si cet album est un des évènements majeurs de l'année, les épisodes qui ont suivis l'enregistrement ont sûrement porter atteinte à l'image forte des anciens RATM et les passages de témoin entre une fusion radicale et une inspiration plus rock en décevra sûrement lors de la première écoute. Rage est mort, vive Audioslave…
Premier satisfaction à la vue de la pochette non pas pour son esthétique mais parce qu'elle ne rappelle ni l'univers de Soundgarden, ni le design très brute de Rage. A première vue l'addition pure et simple des styles tant redoutée n'est donc pas à craindre.
Pas si évident que ça, car lors de l'écoute se dévoile une composition proche de RATM, avec des riffs assassins d'une lourdeur incomparable le tout doublé des inspirations géniales de Tom Morello et d'une section rythmique toujours aussi précise et présente.
L'aspect " rock " du groupe qui n'était pas mis en avant précédemment au profit d'une hargne sans comparaison est désormais démultiplié par le chant angélique de Chris Cornell qui fera sourire vos parents tant Audioslave s'approche à certains moments de Led Zeppelin. Il apporte d'ailleurs à cet album une certaine intimité mystique se substituant à la prose revendicatrice de Zack De La Rocha. A noter, les ballades très folk mettant en scène Tom Morello avec une guitare sèche comme sur le très émouvant " Like a stone " (comme quoi tout arrive). L'ensemble des titres est assez homogène, si ce n'est pour " Hypnotize " proche de U2 mode eighties ou pour " The Last Remaining Light " (meilleur morceau de l'album à mon sens) qui met en valeur la qualité mélodique vocale de Chris Cornell. Audioslave est un album indispensable tant la composition est riche et fine alliant la rigueur du rock'n roll made in Rage à la délicatesse de " l'homme qui a vue Dieu ", avis aux experts ...

Kronik par Didi

AUDIOSLAVE :

Contact : EPIC

Site Web : http://www.audioslave.com





Copyright Hammerock - Spiritribe 1999